La Chambre des Mines du Burkina dispose depuis le 16 janvier 2017 d’un nouveau Conseil d’Administration présidé par Tidiane Barry qui remplace le Dr Elie Justin Ouédraogo.


A l’occasion de la quatrième session ordinaire de l’Assemblée Générale de la Chambre des Mines du Burkina (CMB) tenue le 16 janvier 2017, une nouvelle équipe dirigeante a été élue pour un mandat de 2 ans. Tidiane Barry, Directeur des Approvisionnements et Affaires Corporatives de la Société minière IAMGOLD Essakane SA a été élu Président de la Chambre des Mines. Il remplace à cette position le Dr Elie Justin Ouédraogo qui assumait cette fonction depuis 2011, date de la création de la Chambre des Mines. Monsieur Ouédraogo dans son mot de fin de mandat a remercié ses collaborateurs et tous les membres de la Chambre des Mines dont l’engagement a permis à l’Association d’être aujourd’hui citée comme la Chambre des mines modèle de l’espace UEMOA. Il a souhaité que dans les années à venir les acteurs privés du secteur minier développent des stratégies autour de la promotion réelle de la fourniture des biens et services locaux au secteur, la promotion de l’expertise nationale par une politique rigoureuse de transfert de compétence et de responsabilisation effective des cadres nationaux, la cotation à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de toutes les entreprises minières et affiliées opérant dans l’espace UEMOA et la systématisation de la politique de responsabilité sociale des entreprises par une forte implication et un leadership dans la mise en œuvre du Fonds minier de développement local.

Les priorités du nouveau bureau

Les premiers mots du nouveau président, Tidiane Barry, sont allés à son prédécesseur Dr Elie Justin Ouédraogo, à qui il a rendu « un vibrant hommage » car « Son aura, sa sagesse et son expérience ont fait de notre jeune Chambre, une institution dont la voix porte et compte au Burkina Faso. »
L’équipe entrante composée d’une vingtaine de membres s’est fixée pour priorité d’œuvrer à la poursuite de l’ancrage institutionnel de la CMB, de renforcer le Secrétariat Exécutif et poursuivre la communication avec les parties prenantes du secteur minier.

En outre, la quatrième Assemblée générale de la CMB a adopté une charte d’éthique qui engage les membres entre autres au respect de la législation nationale, à la promotion de la formation et le transfert des compétences, du développement communautaire, de la fourniture locale de biens et de services aux mines.
Les participants à la quatrième session ordinaire de l’Assemblée Générale ont honoré la mémoire de Aboubakar Sidikou, précédemment Secrétaire Général de la Chambre des Mines, rappelé à Dieu le 30 novembre dernier. « Un grand baobab de la CMB est tombé et le secteur minier raisonne et raisonnera encore longtemps du fracas de sa chute ! SG, merci pour tout le travail abattu et que ton âme repose en paix ! Puisse Dieu miséricordieux et les mânes de nos ancêtres apaiser nos cœurs meurtris et consoler sa famille endeuillée ! » selon le Président sortant.

A l’issue de l’Assemblée Générale, le bureau entrant a donné une conférence de presse au cours de laquelle, il a fait le bilan des activités de la Chambre des Mines et présenté ses perspectives pour « une exploitation minière source de développement et d’épanouissement pour toutes les parties prenantes ».

En rappel, la Chambre des Mines du Burkina a été créée en juillet 2011 et regroupe actuellement une cinquantaine de membres composés de personnes morales ou physiques titulaires de titres miniers ou ayant une activité en lien avec le secteur des mines. Elle œuvre pour une industrie minière compétitive au Burkina Faso. Ses membres s’engagent collectivement à promouvoir une activité minière responsable, une bonne gouvernance et une meilleure contribution du secteur des mines au développement du pays.

images